Rénovation

Les tours végétales, le futur de l’architecture ?

Dans nos grandes villes dont le paysage est balayé de bâtiments gris et froids, aux hauteurs démesurées, on ne peut plus respirer un brin de verdure pourtant nécessaire pour rester en bonne santé et garder le moral. Les arbres ont mauvaise mine dans leurs carrés limités de terre, les voitures envahissent les rues, quelque part se trouve un petit parc entre deux grandes avenues trop fréquentées.

Pourtant, ces villes ne représentent plus l’avenir mais le passé de l’urbanisme. Aujourd’hui, l’architecture se tourne vers la nature. Pas question de détruire des tours mais de les végétaliser.

Des tours végétales comme paysage urbain

« Depuis les balcons, nous pouvons voir des lianes tomber en cascade de verdure » voilà comment pourrait décrire un écrivain contemporain le Grand Paris, comprenant petite et grande couronne.

Remettre de la verdure là où régnait le béton n’est pas simplement une question d’esthétisme, mais aussi une question éthique et sociale. Redonner une place à la verdure permet de remettre la nature au centre de la ville. Et la nature permet de réduire les risques de déprime, dépression et d’isolement social, surtout lorsque les citoyens sont responsables de la bonne croissance des plantes.

Il est d’ailleurs déjà possible de jardiner depuis son balcon, mais aussi sur les toits de certains immeubles. Ces collectifs permettent de rapprocher les voisins, de manger frais et de saison, tout en économisant.

Les premières livraisons de tours végétales pour bientôt ?

Un jardin végétal est aujourd’hui une réalité qui pourrait donner un air futuriste aux villes. Mais aujourd’hui, ce n’est pas un hasard s’il y a de plus en plus d’abeilles qui se rabattent sur les villes pour venir picorer les fleurs (moins de pesticides) de nos balcons.

Avec le concept de tours végétales, les abeilles seront dans un futur proche, heureuses. La première tour végétale se trouve à Milan, sur laquelle un hectare de forêt est planté sur deux tours.

Et cette idée ne passe pas inaperçu. Des projets sont lancés, des appels aux architectes pour repenser la ville également. C’est le cas par exemple de la ferme verticale de Romainville en Seine-Saint-Denis.

Pour désengorger l’air pollué des grandes urbanisations, et avec les projets de réaménagements de quartiers aux bâtiments anciens, les forêts verticales pourraient devenir le futur de l’architecture.

Transformer son balcon en forêt verticale, vous aimeriez ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *